01 45 91 55 93

Soutien et Prise en charge

Informations

Les risques de l’AMP

Risques liés au traitement de la femme

Dans la majorité des cas, les protocoles de stimulation sont bien tolérés par la patiente. Mais ils peuvent être parfois d’une particulière pénibilité. Le risque principal est celui d’une hyperstimulation, le plus souvent bénigne mais pouvant entraîner des complications plus graves (pulmonaires, rénales).

Risques liés à la ponction ovocytaire

La ponction ovocytaire étant effectuée sous anesthésie générale, les risques de celle-ci sont précisés par l’anesthésiste au cours de sa consultation. La ponction ovocytaire elle-même peut, dans de rares cas, entraîner des infections ou des hémorragies.

Risques pour l’enfant à naître

Le recul de l’assistance médicale à la procréation est d’une trentaine d’années pour la fécondation in vitro et l’IIU, et d’une quinzaine d’année pour la fécondation in vitro avec micro injection (ICSI). Le suivi des enfants nés d’AMP sur de larges cohortes ne montre pas une augmentation des anomalies graves par rapport à une population témoin. Certaines études montrent une légère augmentation des anomalies chromosomiques et de l’hypotrophie des enfants à la naissance (3,8% de malformations et/ou d’anomalies chromosomiques dans les grossesses spontanées versus 6,1% après FIV/ICSI). Nous ne pouvons pas actuellement connaître les conséquences à plus long terme des protocoles de stimulation, et des conditions de culture in vitro sur l’état de santé des personnes nés d’assistance médicale à la procréation.

Prise en charge financière

La prise en charge par la Sécurité Sociale des actes d’Assistance Médicale à la Procréation est soumise à une entente préalable avec les caisses. Cette entente préalable sera demandée par le médecin au cours d’une consultation.

La Sécurité Sociale prend en charge six tentatives d’insémination intra-utérine et quatre tentatives de FIV/ICSI par grossesse.

Suivi des personnes et des enfants

La Loi de Bioéthique du 6 août 2004 donne mission à l’Agence de la Biomédecine de réaliser un suivi et une évaluation des effets secondaires de l’assistance médicale à la procréation sur les personnes qui y ont recours et sur les enfants qui en sont issus. A cette fin, et après accord de la CNIL (Commission Informatique et Liberté), l’Agence de la Biomédecine reçoit des centres d’AMP les fiches clinico-biologique de chaque tentative d’AMP.

Notre centre se soumet à cette obligation, et envoie pour chaque tentative d’AMP, la fiche clinico-biologique. Nous vous demandons votre accord, dans la feuille de consentement que vous signez avant chaque tentative, pour que cette fiche soit envoyée de manière nominative. Vous êtes en droit de refuser l’envoi nominatif, auquel cas votre fiche tentative sera envoyée à l’Agence de la Biomédecine de manière anonyme.

Prise en charge psychologique

Un couple sur six éprouve des difficultés à concevoir un enfant. Conscients de l’épreuve que cela représente, une consultation psychologique est ouverte gratuitement aux couples suivis dans le cadre d’une Aide Médicale à la Procréation.

En effet, lors des premières consultations, votre gynécologue vous proposera systématiquement de rencontrer la psychologue de l’équipe Sylvie POUIT.

L’entretien psychologique s’inscrit dans le parcours naturel de l’Aide Médicale à la Procréation. Le but de cet entretien est d’ouvrir un lieu d’écoute, de dialogue aux femmes, aux hommes qui le souhaitent afin de partager vos interrogations, de favoriser la mise en mot du vécu de chacun avec une équipe tout particulièrement formée à vous accueillir et à vous soutenir.

Ce moment de réflexion peut-être constructif pour le couple. Il peut vous permettre de prendre conscience de vos forces ainsi que d’éventuelles fragilités et de mobiliser les ressources afin d’avancer au mieux dans votre cheminement personnel.

Elle est présente tous les jours du lundi au vendredi.
Vous pouvez la joindre au : 01 45 91 65 32